Skip to content

Un peu plus… (Je)

Hier je me suis souvenu de la phrase écrasante “tu vas tomber” et aujourd’hui je t’en apporte une autre, que je continue d’écouter en permanence et qui m’a coûté le départ des grands-mères de mon fils, au moins en ma présence. C’est l’heureux”un peu plus“.

Je ne nie pas qu’il y ait des enfants qui mangent peu, mais quand cela arrive vraiment, ou qu’il y a un problème physique ou psychologique qui se manifeste en mangeant.

Normalement, j’ai l’impression qu’à partir des manuels généraux de nutrition infantile ou des fiches qui sont distribuées dans les consultations, on pense que les enfants, s’ils ne mangent pas la quantité indiquée Ils vont tomber malades ou ils ne vont pas grandir.

Directives diététiques

Souvenir les directives qu’ils m’ont données sur les énormes quantités de bouillie que mon fils était censé manger. Quelque chose de complètement exagéré pour lui. Il n’a jamais mangé plus de 100 centimètres cubes de bouillie, et bien sûr, il n’a jamais fini les bananes que nous lui avons préparées au début.

Il n’aimait pas du tout les bouillies. Les céréales industrielles lui faisaient vomir, il les préparait avec n’importe quel lait. Les purées pouvaient avoir un laissez-passer, du moment que j’avais vraiment très faim et qu’elles étaient savoureuses.

Mais ce qu’il aimait vraiment, c’était les morceaux de nourriture non mélangés écrasés, les fruits écrasés, les craquelins, les croûtons et la soupe de semoule. Mais même de cette manière, la quantité qu’il mangeait était faible par rapport aux tables données pour son âge dans chaque cas.

Un peu plus

Quand il n’en voulait pas plus, il savait le faire très clairement. Il repoussait la cuillère avec sa main, il se mettait en colère et, quand on insistait, ce que j’avoue avoir fait une fois, il pouvait avoir un bâillon. J’ai donc appris à respecter son estomac et son appétit et à ne pas le déranger en lui faisant manger un peu plus.

De plus, mon fils buvait du lait maternel à la demande, et cela couvrait une bonne partie de ses besoins nutritionnels, l’alimentation complémentaire étant justement cela, le complément dont son corps avait besoin pour ajouter ce que le lait ne pouvait pas lui donner.

En fait, depuis l’âge de trois mois, il a toujours été dans les mêmes centiles, 25e en poids et 50e en taille, grandit progressivement et étant un enfant mince, bien qu’au fil du temps la quantité relative de nourriture qu’il mange ait augmenté. et aujourd’hui. il mange presque la même quantité que moi, qui suis gros (et frénétique).

Par exemple, cette dernière année j’ai remarqué qu’il a besoin de manger beaucoup, six fois par jour et qu’il brûle aussi n’importe quoi, même des aliments très caloriques, bien que physiquement ce ne soit pas un enfant particulièrement actif.

Je ne l’ai jamais forcé à manger, mais j’avoue que, connaissant mon fils, j’ai parfois besoin de lui rappeler, lorsqu’il joue ou qu’il étudie, qu’il peut avoir faim ou soif, car lorsqu’il est absorbé par quelque chose, il oublie qu’il a un corps et si vous n’apportez pas quelques calories, il s’effondre. Mais si tu ne veux pas, je ne te forcerai pas.

Je ne l’ai jamais forcé non plus à tout manger dans son assiette, même si, avec le temps, j’observe que lorsqu’on mange chez quelqu’un d’autre, il essaie de tout manger. Mais un seul regard lui suffit pour me dire qu’il n’en veut plus et il s’arrête s’il est rassasié.

Il mange de tout, ou presque, beaucoup de légumes et de fruits aussi, bien que la poire et les épinards lui donnent encore des gags, bien que les lentilles soient désormais l’un de ses plats préférés. Et il continue à se mettre en colère s’ils insistent pour qu’il mange ou il devient terrible s’il voit qu’un bébé est obligé de manger.

Je pense que cela m’a appris que le “un peu plus“Cela ne sert pas à mieux nourrir un enfant ou à éduquer son appétit. Il est bien plus efficace de lui laisser sentir son corps et les messages qu’il lui envoie, les respecter, les comprendre et laisser la régulation d’un organisme sain guider leur alimentation , toujours, par Bien sûr, de la responsabilité que les parents ont sur la santé et la nutrition complète de nos enfants.

Click to rate this post!
[Total: 0 Average: 0]

Articles Similaires