Le coin des bébés

Les couches lavables pour les nuls

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure des couches lavables mais vous êtes un peu perdu-e ? Alors vous êtes tombé-e au bon endroit. J’espère que cet article vous permettra de mieux comprendre ce qu’il vous attend pour bien commencer cette aventure. J’ai fais de mon mieux pour penser aux choses les plus importantes, mais bien sur vous êtes les bienvenu-e-s pour y apporter votre grain de riz ou de sel à la fin de l’article !

Avant de commencer…

Ne vous effrayez pas, mais… les couches lavables ce n’est pas de tout repos. C’est quand même bien chouette parce que c’est très écologique (et très mignon) mais si vous êtes nouvelle, il faut quand même ne pas avoir peur de la liste de tout ce qui vous attend à faire et ce, tous les jours. A cause de cette raison notamment, j’ai eu envie d’écrire l’article que j’aurais aimé trouvé quand j’ai commencé mes recherches sur les couches lavables. Après un an de recherches, je réalise encore qu’il y a des choses sur lesquelles je me trompe… Aujourd’hui je pense et espère avoir trouver la bonne routine c’est pour cela que je vous présente cet article. J’espère vraiment que cela pourra servir et aussi donner envie à des mamans ou des papas qui veulent se lancer dans cette folle aventure !

PachaMaman présente…

les couches lavables pour les nuls !

NB : en matière de couches lavables, je dirai qu’il y a particulièrement deux écoles, deux façons de faire : les parents en mode très naturel et très bio et les parents plutôt classiques. On va leur donner des petits noms sympas pour ne pas avoir à rappeler à chaque fois qui ils sont : je vais appeler les premiers maki catta et les seconds les girafeaux (en référence à l’émission sur le zoo que j’ai vu ce matin sur Arte). (Je pense que si un lecteur ou une lectrice arrive en plein milieu de l’article sans avoir lu cette importante NOTA BENE, il ou elle sera un peu perdu-e... et ça serait bien rigolo !) allez, bonne lecture !

Sommaire (parce que ça risque peut-être d’être long…)

1. Couches lavables ou couches lavables pas ?

TE1, TE2, TE3

Pour ceux qui débarquent, vous allez vite comprendre que ces codes ne sont pas très compliqués. TE signifie « tout en », le chiffre qui suit indique combien d’éléments comportera votre système de couche.

Par exemple, la TE1 est la plus simple à manier puisqu’elle est similaire à une couche jetable, vous enlevez tout et vous en remettez une nouvelle. Elle est pratique pour les novices, ou les papas retissants (car plus simple). Alors que pour la TE2, vous n’aurez qu’à changer l’insert (la partie absorbante de la couche) et garder la culotte de protection si elle n’est pas souillée. C’est également une méthode assez facile, mais elles le sont toutes finalement, il suffit juste de se faire la main. Vous aurez compris que pour la TE3 il y a trois différentes parties (attention ça devient plus compliqué !). Une couche à laquelle on accroche un genre de « hamac » (une nacelle) dans lequel on met les inserts. Du coup lors du change parfois il n’y a pas besoin de changer la culotte de protection mais seulement la nacelle et l’insert bien sûr. Pour moi le TE3 ce peut être aussi : un insert, une couche absorbante et une culotte de protection. Il existe également la méthode des langes (oui, celle des grand-mères), le plus souvent les parents qui ont choisi cette méthode utilisent une culotte de protection, un lange à nouer et un autre lange à plier.

Un système de TE1 (celles que j’utilise le plus) (la TE1 peut être composée d’un insert qui est déjà cousu à la couche ou non) : une culotte de protection à poche où on insert directement les parties absorbantes, par dessus on met un voile (jetable ou lavable) et on ajuste bien selon la taille de bébé grâce aux pressions.
Une couche lavable avec un insert préplié intégré. Juste en dessous je vous montre une autre couche avec son insert et une culotte de protection pour finir le tout.
Un système TE3

Le choix

Maintenant que vous avez un peu mieux visualisé les modes de couches vient le choix des couches. C’est censé être l’étape la plus intéressante mais pourtant, avec tout ce qui existe sur le marché aujourd’hui, ce n’est pas forcément évident.

Quelle marque choisir ? Tout va dépendre de votre budget, mais aussi de vos valeurs : certains parents préféreront des tissus 100% bio par exemple, donc cela sera un investissement plus important mais peut-être que cela répercutera sur le fait que les couches dureront plus longtemps et surtout qu’elles sont plus éthiques. Certains pourront faire des économies grâce à des couches évolutives, et les autres devront remettre la main à la poche quand bébé grandira.

Une autre question pourrait se poser : quelle couche conviendra le mieux à mon bébé ? Il est difficile d’y répondre malheureusement, à vous de tester car les bébés ont des morphologies différentes. Si vous avez des ami-e-s qui en utilisent vous pouvez leur demander de les essayer ! Ça vous aidera à faire votre choix.

Les Maki Catta font attention à la provenance des couches, aux tissus qui la composent. Ils vont choisir par exemple :

Des couches non évolutives (qu’il faut changer selon le poids de bébé) : HAMAC Paris, Wua-Wua, Disana (culottes en laine, langes en coton), Bbies, Bambinex (dont on retrouve souvent en ventes privées chez Bébéboutik), Pop in, Applecheeks.

Des couches évolutives (qu’on peut ajuster facilement à la taille de bébé avec des scratches ou des pressions et qui représente un gros avantage économique) : Lulu Nature, Bambino Mio, P’tits dessous, Blueberry, Popolini, les langes XKKO, ou Disana avec une culotte Lulu nature, Bum’Diapers.

Bien sûr la liste n’est pas exhaustive, de plus en plus de vendeurs et vendeuses se mettent sur le marché, vous en trouvez même des faites main. 

Un petit point sur les normes pour vous assurer de la bonne qualité des tissus que vous achetez :

  • La norme OEKO-TEX : un label qui garantit des qualités humano-écologiques sur des textiles.
Attention aux arnaques !!! Pampers est certifié OEKO-TEX, mais uniquement pour la couche de papier de la couche jetable, les substances utilisées dans la couche elle-même reste très controversées et remplies de perturbateurs endoctriniens.
  • La norme Gots : Global Organic Textile Standard.
  • La norme Reach : un règlement visant à mieux protéger la santé humaine et l’environnement contre les risques liés aux substances chimiques.

Quand les produits ne sont pas certifiés, on ne peut pas savoir comment les tissus ont été traité. Vous pouvez les utiliser, c’est vous qui décidez ce qui vous va le mieux (selon votre éthique, budget, coup de coeur,…).

C’est vrai que les girafeaux trouveront leur bonheur sur Amazon et Aliexpress mais il n’est pas inutile de savoir que ces couches peuvent contenir des produits nocifs et controversés (il n’y a pas de suivi sur la qualité), notamment du chlore qui sert à blanchir le coton (Ecomaman en parle dans ses vidéos YouTube). Certains (les maki catta) font donc le choix de boycotter ces sites. Mais quand on n’a pas les moyens d’acheter des couches 25€ l’unité c’est vrai que ce n’est pas évident d’acheter des couches de très bonne qualité. L’autre inconvénient est qu’elles peuvent s’user plus rapidement, mais pas au point d’en racheter tous les 6 mois. Pour ma part, ça fait déjà quelques mois que j’en utilise et elles sont toujours en bon état d’utilisation. À mon avis, toutes les couches finissent un jour par s’abîmer plus ou moins. Mais il reste une dernière alternative si on a le porte-monnaie léger : les couches d’occasion (mais attention aux arnaques qui se font de plus en plus importantes !).

Le nombre de couches 

Maintenant que le choix est fait, combien va-t-il vous falloir de couches pour ne jamais en manquer ? Si vous faites une machine tous les deux jours (ce qui est recommandé mais pas obligatoire), 24 couches devraient vous suffire le temps du lavage et du séchage de vos couches sales. Mais je parle des TE1, en TE2 ou 3 vous n’aurez sans doute pas besoin de 23 culottes de protection puisqu’elles peuvent être réutilisées.

Vous aurez besoin d’environ 5/6 couches par jour. Au bout de deux jours vous les lavez, le temps qu’elles sèchent (à moins que vous ayez un sèche linge !) vous pourrez les réutiliser et ainsi de suite.

Verdict ?

Alors, tout ce amas d’information vous a-t-il refroidi ? Si oui, je vous propose quelques marques de couches jetables écologiques que j’ai testé et que je recommande (même si j’espère que tout ça ne vous a pas découragé bien sûr !). Si non, bonne nouvelle ! Je vous laisse lire la deuxième partie de cet article !

Couches jetables que je recommande :

  • Moltex
  • Lillydoo 
  • HIPP
  • Couches écologiques marque Casino et Leclerc

Mais vous pouvez aussi tester sans crainte d’autres marques que je n’ai pas testé et qui ne sont pas novices pour les fé-fesses de bébé <3 :

  • Love & green 
  • Tidoo 
  • Pingoo 

2. La routine d’entretien

Il est très important de savoir comment entretenir vos couches, sinon vous pourrez les abîmer ou les encrasser (voir routine de décrassage plus bas).

Avant la première utilisation 

Il est recommandé pour les couches neuves de faire tremper dans une bassine d’eau froide toute une nuit avant de passer au lavage (cela aide à améliorer l’absorption de la couche). Ensuite, vous pouvez laver et sécher plusieurs fois pour augmenter encore une fois l’absorption des couches. 

Si vous souhaitez en acheter d’occasion, il est fortement conseillé de faire un décrassage afin de les nettoyer en profondeur et de retirer les résidus qui pourraient être incrustés. Le décrassage peut également être fait dès que vous remarquez que vos couches ne sont plus autant absorbantes ou qu’elles ont une drôle d’odeur. D’ailleurs le liniment n’es fait pas recommandé avec les CL car il encrasse les couches (et amène beaucoup de fuites…).

Pour décrasser, plongez vos couches plusieurs heures dans un bain d’eau chaude et ajouter 1 cuillère à soupe, pour 2 litres d’eau, de percarbonate de soude, un agent nettoyant et détachant qui agit à partir de 40 degrès (ou de vanish si vous êtes un-e girafeau 😛). Ensuite laver à la machine sans ajouter de produit.

Le stockage 

Vous pouvez stocker vos couches sales dans une poubelle en plastique (ou autre contenant qui peut faire office de poubelle) avec une aération si possible. Certaines mamans recouvrent leur poubelle d’un filet pour empêcher les petites bêtes de s’introduire, en effet une bonne aération permet aux couches de moins s’encrasser. Les maki catta utilisent déposent dans leur poubelle à couches une lingette lavable avec quelques goutes d’huile essentielle d’arbre à thé (anti-bactérien), qui est lavé et changé à chaque vidage de poubelle. Évitez de laisser vos couches sales plus de deux jours d’affilée (et oui, faudra bien les laver un jour !).

Le lavage

Il est recommandé d’effectuer plusieurs lavages : un premier lavage à froid (30 degrés maximum) avec une dose de lessive appropriée au poids des couches que vous lavez. Régler votre essorage sur 1200trs/min. Après votre premier cycle de lavage (qui peut être court, 30 min minimum quand même), lancer le second lavage qui peut être compris de 40 à 60 degrés (attention le bambou n’apprécie pas trop au-dessus de 40). Vous pouvez pour ce second lavage ajouter du linge à laver, ainsi qu’un tiers de dose de lessive recommandée par rapport au poids de votre linge + couches à laver. Le deuxième cycle doit être assez long (au moins 1h30).

Si vous avez des couches à scratch, pensez à les refermer sur eux-mêmes.

Pour bien doser votre lessive : Avant de lancer la machine, informez-vous sur la dureté de l’eau dans votre région (vous trouverez l’info sur internet ou derrière les bouteilles de lessive), cela vous aidera à doser la quantité de lessive que vous aurez besoin (plus l’eau est dure plus il faut augmenter la dose de lessive, si vous achetez une lessive en supermarché cela est indiqué au dos de la boîte).

Il est recommandé une lessive en poudre, pour diminuer le risque que des dépôts se déposent sur la surface de la couche et la rende moins absorbante. Mais beaucoup utilisent une lessive liquide et n’ont pas trop de soucis. À vous de voir.

Astuce contre les tâches persistantes : si des traces persistent sur vos couches, exposez-les au soleil et elles devraient disparaître.

Quelle lessive ?

Les girafeaux choisiront des lessives comme Ariel, Le Chat

Les maki catta préféreront fabriquer leur propre lessive avec du véritable savon de Marseille, soit liquide, soit en paillettes.

On récapitule le programme de lavage :

  1. Premier lavage de vos couches à froid (une dose de lessive – maxi 30 degrés – cycle court – 1200 tours).
  2. Rajouter votre linge sale aux couches, choisissez un programme de minimum 1h30, 1200trs. Rajouter un tiers d’une dose de lessive.
  3. C’est parti pour le séchage ! Les inserts et langes peuvent passer au sèche-linge, mais pas les culottes de protection en PUL.
  4. Ne pas oublier : nettoyez votre seau, poubelle ou autre contenant de couches sales avec un nettoyant.

A savoir :

  • Ne mettez pas d’adoucissant
  • La matière du bambou n’est pas adapté pour les températures au-dessus de 40°
  • Si tout est en coton, vous pouvez laver à 60° sans problème
  • Vous pouvez mettre au sèche-linge vos inserts et langes, mais pas les culottes qui risquent de s’abîmer plus rapidement 
  • Repasser vos langes (recommandé mais non obligatoire)

3. Un bébé aux fesses propres

Produits de change

Dans la même optique, les parents CL sont nombreux à avoir adopter les lingettes lavables. On peut laver bébé avec seulement de l’eau et sinon vous avez d’autres produits naturels pour le change comme le liniment (à base d’huile d’olive et d’eau de chaux) ou une eau de toilette. Les adeptes de CL aiment bien fabriquer leurs propres produits pour encore mieux contrôler la provenance et la qualité des produits utilisés. Vous trouvez facilement des recettes sur internet ou seulement utiliser de l’eau et un peu de savon liquide de Marseille.

En cas de fesses irritées 

En matière de solutions naturelles vous avez l’argile blanche, qui est très intéressant car cette petite poudre blanche agit tout en douceur pour calmer les rougeurs de vos bébés.

Et quand bébé voyage ?

Certaines préfèrent occasionnellement choisir les couches jetables pour se simplifier la vie, les autres continueront en couches lavables grâce à une organisation sur mesure. On peut conserver les couches souillées dans des sacs imperméables et suivre la même routine de lavage même en voyage.

Bébé à la plage

Et si vous allez vous baigner vous pouvez également mettre votre bébé en maillot de bain couche lavable ! Voici une jolie couche de chez Eliott & Loup. Vous pouvez également trouvé de belles maillots couches chez Chamssy !

Finish !

Cet article est terminé ! J’espère qu’il aura été le plus synthétique et le plus complet possible. Dans tous les cas, si vous pensez que j’ai oublié quelque chose n’hésitez pas à me le dire en commentaires ! Et si vous êtes nouveau dans le monde des CL vous avez certainement des questions alors n’hésitez pas.

A vous la parole, dites moi tout ! Couches lavables ou pas ? Quelles couches ? Quelle routine ? … L’article vous a-t-il fait un peu peur ? C’est vrai qu’il y a énormément d’informations. Sachez qu’il y a de nombreuses mamans et de nombreux papas qui ont sauté le pas, et qui s’en sortent très bien (et qui trouvent même ça facile) c’est une nouvelle routine à apprendre mais ça en vaut la peine. Ne vous découragez pas ! Bises !

PachaMaman

P a c h a M a m a n Maman d'un petit bout d'homme depuis octobre 2018, je me lance dans l'écriture d'un blog et vous emmène avec moi si vous le voulez bien dans ma quête d'une vie plus simple, plus naturelle, plus sereine, plus épanouie, plus créative, plus consciente et plus intense chaque jour !

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *