Education positive,  Parentalité

Très chère théorie de l’attachement

J’ai encore pu constater (avec bonheur bien sûr) cette fameuse théorie de l’attachement. En effet, depuis dimanche matin, depuis que nous avons laissé papa à la gare, mon bébé s’est transformé. Pourquoi je dis ça ? Car j’ai cru que mon bébé était malade, j’ai cru que quelque chose le dérangeait, j’ai cru qu’il avait faim… bref, j’ai fais pleins d’hypothèses et de calculs pour comprendre ses cris. Et aujourd’hui, en le laissant à la crèche, je constate que mon bébé va bien puisque tout s’est bien passé (donc, pas de cris…). Il semblerait que mon bébé ait donc assimilé que je suis bien sa mère (bravo super maman ! Tu t’occupes bien de lui !), puisqu’il sait exactement faire la différence entre moi, papa et les autres (mais ça, il me semble qu’il le fait déjà très bien depuis un bon petit moment…). Le truc c’est de comprendre, de savoir pourquoi les bébés réagissent différemment selon la personne avec qui ils sont. Donc aujourd’hui je parle de cette théorie. J’espère que ce petit article vous inspirera !

D’abord… pourquoi tant d’intérêt pour cette théorie ?

Une théorie reste une « théorie », comme son nom l’indique (un système d’hypothèses, basé sur des connaissances et des règles logiques… donc la croyance en les théories dépend vachement des croyances générales de chacun !) néanmoins ça permet de comprendre ce qu’on peut vivre ou rencontrer dans la vie. Étant très attachée à comprendre par moi-même mon enfant, d’une part parce que c’est quand même moi qui le connais le mieux, qui m’en occupe le plus, et d’autre part parce que je suis très sensible à vouloir lui donner le mieux, l’amour qui lui donnera des ailes pour explorer le monde loin de sa maman (snif snif), et aussi cet amour que je vois comme un arbre qui lui donnera des racines… La théorie dont je parle ici me tient donc très à cœur, car elle signifie beaucoup pour moi. Bien sûr, mon article sera bref car parler d’une théorie ne relève pas de ma compétence, mais il y a cependant des choses assez simples à comprendre dans cette théorie qui peuvent être facilement vulgariser (donc expliquer au plus grand nombre).

La théorie de l’attachement… Ou la théorie pour rassurer les mamans que leurs bébés ne les détestent pas.

Cette théorie apparaît à la fin des années 80, c’est le psychiatre John Bowlby qui en pose les bases (la théorie est toujours peu connue en France). Et cette théorie vient aussi nous dire que quand un bébé pleure, la réaction normale et naturelle est d’aller le voir pour le rassurer. Votre bébé vous appelle car il a besoin de vous, il n’est pas en train de faire ses poumons, mais ça, c’est encore une autre histoire…

Ce n’est pas parce que votre bébé pleure plus avec vous qu’il ne vous aime pas, au contraire justement, s’il s’autorise à pleurer plus avec vous c’est parce qu’il vous a assimilé à sa première figure d’attachement, celle à qui il fait tout simplement confiance et ce, naturellement.

Votre bébé pleure dans vos bras et vous êtes désemparée, c’est là que mamie vient le chercher et oh, tout à coup, bébé ne pleure plus ! Non, ne pleurez pas toutes les larmes de votre corps, ce n’est pas le moment, votre bébé vous aime quand même (et bien plus que sa mamie).

L’attachement du tout petit 

« Le bébé veut comprendre comment marche le monde. La curiosité aide l’enfant à comprendre son environnement, c’est l’un des facteurs décisionnels capital pour sa survie car ça développe son sentiment de compétence. »

Nicole Guédeney, pédopsychiatre
Une conférence sur la théorie de l’attachement

L’enfant ne peut aller explorer le monde que si sa mère (et son père, ou son autre figure d’attachement, c’est-à-dire toute personne qui donne le plus souvent les soins au bébé – donc désolée par avance si je résume toujours cette figure à la mère) a un rôle sécurisant. L’attachement est essentielle pour créer cette sécurité entre la mère et l’enfant, grâce à un lien protecteur entre l’adulte et l’enfant. Cette sécurité va permettre à l’enfant de découvrir tout le potentiel de sa liberté…

Pour schématiser très grossièrement les différents modes d’attachement on va dire qu’il y a trois modes : l’attachement peut être secure, insecure ou ambivalent. Dans le cas secure, l’enfant aura un bon développement et prendra du plaisir à découvrir le monde, car il aura acquis une bonne confiance en lui et de l’indépendance. Au contraire, un défaut de l’attachement peut amener l’enfant à rester centrer sur lui même, à être apeuré, il aura peur de la liberté et s’isolera. L’enfant qui ne grandit pas dans un mode secure pourra aussi développer des troubles du comportement.

Pour pouvoir devenir autonome et se séparer de façon saine et sereine, un enfant doit avoir pu s’attacher solidement. Cela va résulter d’une relation affective et d’un lien émotionnel fort et important entre ses figures d’attachement et l’enfant.

Et malgré tout ce besoin d’attachement, à l’opposé, l’enfant aura très vite besoin de pouvoir se détacher de sa première figure d’attachement, ce rôle est souvent tenu par le père mais ce peut aussi être une nounou, en bref une personne qui donne les soins à l’enfant quand la figure principale (souvent la mère) n’est pas là.

Une hypothèse probante ? 

Voilà un peu pour ce que je sais de cette théorie. Pour l’instant, je suis quasiment la seule dans mon entourage à croire à cette théorie, mais comme moi et moi-même nous entendons plutôt bien en ce moment, on est d’accord pour dire que cette théorie pourrait être une hypothèse plus que recevable pour expliquer les cris de notre petit bout de chou (fleur) quand je suis seule avec lui !

Mon tout petit… ♡

Bien sûr, il existe beaucoup d’autres raisons aux pleurs d’un bébé, cette théorie ne doit pas se suffire à elle-même, elle permet néanmoins de comprendre le comportement de votre bébé. Et vous pourrez trouver un article bien plus complet sur la question ici sur le site de Parents Naturellement, et un autre article sympathique à lire ici chez Happynaiss. Maintenant, ce que j’adorerais savoir c’est votre expérience vis-à-vis de cette théorie, et ce que vous en pensez bien sûr !

Photo de Marta Moreiras – Sénégal 🇸🇳

Et avant de nous quitter, une petite parenthèse que j’ai trouvé intéressante sur le père :

La figure du père, ailleurs…

Dans certains peuples africains, le père n’est pas le père biologique, il est celui qui apporte les soins et l’amour au bébé, et il s’agit souvent du frère de la mère.

A l’époque où nous étions des chasseurs cueilleurs, le père biologique n’était pas connu, l’enfant appartenait donc à tout le groupe, il n’avait pas une seule figure d’attachement paternelle.

Merci de m’avoir lue ! Hâte de vous lire.

PachaMaman

P a c h a M a m a n Maman d'un petit bout d'homme depuis octobre 2018, je me lance dans l'écriture d'un blog et vous emmène avec moi si vous le voulez bien dans ma quête d'une vie plus simple, plus naturelle, plus sereine, plus épanouie, plus créative, plus consciente et plus intense chaque jour !

2 Comments

  • Charlotte - Enfance Joyeuse

    La théorie de l’attachement est complexe et vaste et interroge bien des aspects de la relation mère-enfant. Pour ma part, j’y crois… (formation d’éduc’ oblige… :P) Et je suis aussi persuadée qu’un bébé ou un enfant plus âgé, se permet de pleurer auprès de ses figures d’attachement principales car il sait qu’elles l’aimeront toujours. (Et que c’est l’un de ses seuls moyens d’expression, que ca lui permet de décharger ses tensions etc etc…) Et je crois aussi en la « préoccupation maternelle primaire » qui souligne le fait que les mamans ont cet instinct de répondre aux pleurs de leurs bébés… C’est l’attachement, la base de la vie…

    • PachaMaman

      Et oui tu nous montres dans notre nature même que nous avons tout ce qu’il nous faut pour répondre aux besoins de nos bébés et leur garantir un bon épanouissement ! Alors c’est bon aussi de se le rappeler quand on vit encore dans un monde où un enfant qui veut souvent les bras est vu comme capricieux… merci Charlotte pour ton retour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *