Pacha Life,  Pensées

Ce poisson à qui on a demandé à apprendre à grimper aux arbres

Je ne suis pas convaincue que « tout le monde est un génie » comme le disait Einstein, néanmoins je réalise aujourd’hui qu’il m’est souvent arrivée de me sentir comme ce poisson. Et je crois, et sais, que nous sommes nombreuses et nombreux à ressentir cela. Mais pourquoi selon vous ?

Il paraît que je n’ai pas trouvé ma voie dans la voie royale que nous propose notre système éducatif : école – collège – lycée – université. Il paraît parce qu’aujourd’hui je n’ai pas de métier (vous pouvez revoir dans cet article tous les métiers que j’ai voulu faire). Il ne s’agit pas de remettre la faute entièrement au système, mais on peut facilement voir ce qui y cloche : si tu n’es pas bon à l’école, les métiers manuels sont faits pour toi, si tu as des bonnes notes c’est des longues études qui t’attendent (parmi tant d’autres défauts). Ça peut paraître logique pour certains, mais ça ne doit pas être la normalité, puisque tout le monde ne s’y retrouve pas ainsi.

À l’école, j’aurais préféré me sentir écoutée et respectée, j’aurais aimé me sentir appréciée et non notée, j’aurais adoré qu’on me comprenne et qu’on m’autorise à m’épanouir, mais ça n’en était pas ainsi, du moins pas toujours. Il n’y a pas l’école du bonheur, il y a seulement l’école de la république, et c’est mieux que rien. À l’école, j’y ai eu peut-être mes plus beaux souvenirs d’enfance (après ceux des vacances bien sûr), je m’y suis fais des copains et des copines, j’ai découvert des multitudes de choses et j’ai pris goût à de nombreuses matières… bref, l’école, ne lui en voulons pas, elle a fait de son mieux. Même si elle a trompé nombre d’entre nous…

Et oui, il arrive pour de nombreuses personnes, après avoir fait de longues études et après avoir été embauché pour leur premier vrai travail, de réaliser seulement qu’ils ou elles ne font pas le métier qui leur plaisent, qu’ils ou elles ne sont pas à leur place. Et ces personnes sont de plus en plus nombreuses, elles arrêtent net pour se tourner vers des métiers plus épanouissants et souvent manuels. Après la vague du burn-out au travail et de l’importance donnée à des valeurs plus humanistes, aujourd’hui nous savons peut-être mieux faire la part des choses entre salaire important et bien-être au travail. Pourtant je n’ai pas l’impression que le bien-être fait parti des valeurs qu’on a tenté de nous transmettre à l’école. Non, je me rappelle plutôt de compétitivité, obéissance, discipline. Ça n’a fait que nous séparer les uns des autres, et quand on nous demandait de travailler en groupe, tout le monde tirait la tronche… coïncidence ?

Alors je n’ai pas trouvé la voie qu’on attendait de moi ; celle d’avoir un parcours universitaire modèle, une carrière à la clé, et faire toute ma vie la même chose (ou presque). Mais personne ne pouvait mieux savoir que moi-même ce dont j’avais besoin et je me perdais entre ce que je voulais au plus profond de moi et ce que la société attendait de moi.

L’expérience professionnelle que j’ai accumulé durant mes années d’étudiante m’a appris la liberté, et je savais que je ne voulais pas faire un travail qui ne me rendrait pas au moins « un peu » heureuse (peut-on être « un peu » heureux ?).

Aujourd’hui, en remettant certaines choses au clair, je pense qu’avec de la persévérance et de la détermination je réussirai à me lancer dans mes propres projets pour les emmener le plus loin possible.

Reste à voir ce que nous réserve demain, en attendant je profite de chacun des instants que je finirai par un jour, regretter.

Bises à vous ! PachaMaman

P a c h a M a m a n Maman d'un petit bout d'homme depuis octobre 2018, je me lance dans l'écriture d'un blog et vous emmène avec moi si vous le voulez bien dans ma quête d'une vie plus simple, plus naturelle, plus sereine, plus épanouie, plus créative, plus consciente et plus intense chaque jour !

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *